Je me rends compte que sur mon site, je ne survole que partiellement ce qu’est le gluten et ses effets sur notre organisme.  Si vous avez aussi consulté mon histoire, vous aurez aussi remarqué que je suis intolérant au maïs.  Plusieurs personnes m’ont questionné sur mon intolérance au maïs.  En faisant des recherches, j’ai découvert des choses très intéressantes que je tenais à partager avec vous.

Qu’est-ce que le gluten?

Le maïs et le glutenLe gluten est un mélange de protéine mêlé avec de l’amidon dans l’endosperme de certains types de céréales.   Pour le blé, la principale source de gluten, il en constitue environ 80% des protéines.

Le gluten rend les pains et les pâtes élastiques et moelleuses.   Il absorbe l’eau ajoutée  la farine et gonfle  pour produire une pâte à pétrir.  Le gluten est en quelque sorte une colle à céréales.

Le gluten est divisé en deux familles: les prolamines et les gluténines.  Les prolamines sont responsables des symptômes des personnes atteintes de la maladie coeliaques.  Le blé, le seigle et l’orge sont les plus toxiques.  À ma grande surprise, le maïs suit tout de suite après.  Il n’est donc pas étonnant de voir plusieurs personnes atteintes de la maladie coeliaque réagissant au maïs.

Voici un tableau des céréales et leurs pourcentages de prolamine

Plus le pourcentage est haut, plus le risque de réaction est élevé

BLÉ (Froment)         69% d’alpha gliadine
ÉPEAUTRE               69% d’alpha gliadine
KAMUT                      69% d’alpha gliadine
SEIGLE                       30% à 50% de sécaline
ORGE                          46% à 52% de hordéine
MAÏS                           55% de zénine
SORGHO                   52% de cafrine
MILLET                     40% de panicine
AVOINE                     20% à 30% d’avenine
TEFF                           12%
FONIO                        Inférieur à 10%
RIZ                               5% d’orzénine

Je comprends aussi pourquoi j’ai eu un petit malaise en consommant une bière de SORGHO que j’avais achetée lors de mon séjour aux États-Unis.

Il faut se rappeler que le gluten est présent dans toutes les céréales, mais en quantité moins toxique pour la plupart.  Par exemple, le riz contient 5% d’orzénine ce qui constitue une quantité trop faible pour atteindre la majorité des personnes coeliaques.

L’alimentation moderne est responsable d’une grande partie des cas.

Qu'est-ce que le gluten?

Durant des millions d’années, l’homme a ingéré une nourriture naturelle.  Les enzymes et les mucines présentes dans cette nourriture étaient adaptées aux différents aliments ingérés.  De nos jours, la modification moléculaire des aliments riche en macromolécules n’est pas adaptée aux enzymes et aux mucines.

Même l’ingestion de faible quantité de gluten provoquera chez la plupart des personnes, des lésions intestinales.  La plupart des industries agroalimentaires modifient beaucoup trop les céréales et les rendent inassimilables et plus toxiques qu’elles étaient auparavant.   Lorsque les protéines de céréales ne sont pas bien digérées, elles passent à travers les parois de l’intestin et se retrouvent dans le système sanguin.

Ces peptides sont ensuite transformés an « peptidesopioïdes » et se comporteront dans l’organisme comme certains dérivés morphiniques.  Ils se colleront sur les récepteurs biochimiques de notre corps spécifiques à ces substances.  Lorsque les récepteurs sont saturés, les peptides mal métabolisés entraîneront un dérèglement et provoqueront le développement de maladies dégénératives du système nerveux central.

Une molécule de gluten contient 16 molécules oploïdes

Le blé a été modifié énormément à travers les années.  De plus en plus de gens sont intolérants à cette céréale.  Plusieurs personnes développeront des problèmes reliés à l’absorption, mais n’en feront aucun lien.  Le gluten est reconnu depuis très longtemps comme un allergène.  L’ingurgitation de gluten peut provoquer des lésions tissulaires à l’intestin et provoquer avec le temps la destruction complète des villosités intestinales.  Si les villosités intestinales sont détruites, l’absorption des nutriments des bons aliments ne se fait pas bien.  Une réaction auto-immune peut être déclenchée par le sujet qui mange du gluten.  Dans certains cas, comme dans le mien, le corps fera tout ce qu’il peut pour se débarrasser de la substance en question.

On sait avec le temps que l’alimentation peut modifier les gènes.  On ne parle pas de création de nouveaux gènes, mais notre alimentation peut accentuer la production de molécules bénéfiques ou maléfiques pour le système.

Les effets du gluten sur le système nerveux

L'effet du gluten sur le système nerveuxLa protéine de gluten pénètre le cerveau et y exerce ses effets pathogènes.

Les peptides oploïdes traversent plus facilement la barrière hémato-méningée et se retrouvent dans le liquide céphalo-rachidien.  Ils affecteront donc l’apprentissage, l’affectivité et la socialisation.

Des expériences ont été pratiquées sur des animaux.  Nourris au gluten, les rats perdent leurs facultés d’apprentissage, les chats adoptent un comportement bizarre, les chatons, les chiots et les poussins ne pleurent pas lors du sevrage.

On a pu faire une association pathogénique du gluten avec l’autisme et une corrélation quantitative très forte a été faite entre la schizophrénie et la consommation de céréales.

Symptômes de l’intolérance au gluten

  •  Anémie
  • Effets sur la mémoire et l’apprentissage
  • Problèmes d’écriture
  • Dyslexie
  • Manque de confiance en soi
  • Diminution de la socialisation
  • Troubles de sommeil
  • Modification de la vie sexuelle
  • Constipation
  • Diarrhée
  • Gaz intestinaux
  • Maladie de Crohn
  • Régulations de la température corporelle
  • Ralentissement des mouvements péristaltiques

Pourquoi y a-t-il de plus en plus de gens intolérants au gluten?

L’intolérance au gluten peut se résumer en un dérèglement de notre système enzymatique.  Les protéines de gluten ne sont pas toutes digérées.  Même les pains bio, naturels et autres sont de véritables poisons pour l’organisme de tous.  Le gluten agirait de la même façon que les métaux toxiques (comme le mercure par exemple) et les virus.  Ceci devient un véritable empoisonnement chronique et provoque un dérèglement du comportement et favoriser le développement de maladies dégénératives du système nerveux central.

Voilà, j’espère que j’aurai éclairci le sujet.  Si vous désirez en apprendre davantage, n’hésitez pas à consulter l’article référence.